Info du mois : Le stress

12 novembre 2019

Le stress

Pour cette info de ce mois de novembre 2019, je vais tenter de ne pas faire un cours théorique sur ce grand sujet



LE STRESS


Le mot stress est un dérivé du vieux français "estrece" et du latin "strictus". Ce mot à longtemps été utilisé en physique exclusivement.
Il désigne la force, la pression exercée à un corps, provoquant une tension ou une déformation de ce corps.

C'est le chercheur canadien Hans SELYE qui l'appliqua à la physiologie et à la médecine en 1936. SELYE parle alors de "syndrome général d'adaptation" ou de "syndrome de stress biologique".

Alors qu'en physique le stress désigne l'agresseur (force ou pression exercée), en physiologie il désigne une réponse de l'agressé.

Hans SELYE dit que le stress ne représente pas tout changement qui survient dans notre vie, mais la réponse physiologique et psychologique à ce changement.

Le stress est la réponse non spécifique de l'organisme à toute demande ou agression qui lui est faite.

Il met en jeu les forces d'autorégulation de l'organisme en vue de "composer" avec l'agression à laquelle il doit faire face.


Le stress est donc un état physiologique normal lorsqu'il répond à une agression "banale". Ce qui est nocif, ce sont les agressions qui dépassent les capacités de la force homéostasique et qui induisent des réactions organiques trop marquées ou trop insuffisantes, en tout cas mal adaptées.

Le stress n'a donc pas que des effets négatifs !

Ces quelques lignes peuvent nous surprendre dans la mesure ou le langage populaire accorde au mot "stress" une étendue nettement dépréciative : il prend le sens d'agression mal supportée, produisant malaise et mal-être.
On confond l'agression et la réponse à l'agression.

Il s'agit donc là d'idées hypothétiques qui nous empêche de voir le stress sous son véritable jour.

Au contraire, le stress est utile !


Ce n'est pas le stress qu'il faut combattre, mais ... les agents stresseurs.


Face à une agression banale, le stress permet une adaptation satisfaisante qui ne romp pas l'équilibre biologique.

Face à une agression sévère, cet équilibre peut être rompu et créer des désordres organiques dus à la désadaptation !!!! tiens tiens tiens ........ allez mes élèves, quelle diathèse ?


Notre corps est un château-fort (dixit un de mes maîtres en naturopathie Roland Fietta), avec ses moyens de protections.
L'armée adverse représente l'agent agresseur. Lorsqu'elle attaque, elle représente l'agression.
La réplique des occupants du château-fort représente le stress.

Lorsque la réplique est victorieuse, l'ennemi est repoussé. Le stress a alors rempli sa fonction, c'est donc un "bon stress", nommé aussi Eustress par SELYE.

Si la réplique n'a pas été victorieuse, l'ennemi rentre dans la place, le stress est un "mauvais stress", nommé par SELYE Distress, et dont la place ultime est ... la détresse !


Ceci est une image, mais elle correspond bien à la réalité.

Comme dans toute bataille, le pire ennemi vient de ................................... l'intérieur (le traître).

En effet, si certaines agressions viennent de l'extérieur, comme face de bouc, messenger, autres réseaux sociaux, le bruit, la télévision, etc ..., d'autres viennent de l'intérieur, comme les pensées négatives, la rumination du passé, la rancune, etc ... .

Le stress est donc un état physiologique normal lorsqu'il répond à une agression "banale".
Ce qui est nocif, ce sont les agressions qui dépassent les capacités de la force homéostasique et qui induisent des réactions organiques trop marquées ou trop insuffisantes, en tout cas, mal adaptées.

Le stress est naturellement utile, car il est une tentative organique pour assurer notre stabilité dans un environnement changeant.

Il est source d'instinct de vie et son absence équivaudrait à la mort biologique.

Il est la manifestation de la force homéostasique, programmée génétiquement pour notre survie.

Si cette tentative réussie = eustress, donc tout va "bien.
Si elle échoue = distress donc, en reprenant l'image du château-fort, nous devons incriminer, la force, la persévérance, la ruse, la virulence des ennemis nous attaquant de l'extérieur ou de l'intérieur (agents stresseurs).

Les agressions ne sont pas les seuls paramètres en jeu dans les mécanismes du stress.
Il y a la force des soldats défendant le château-fort, la qualité de leurs armes et protections, l'épaisseur des murs de la forteresse, les réserves de nourritures et de boisson, la bonne stratégie à adapter, le moral des troupes, etc ... Tous ces paramètres sont à prendre en considération.

Pour se faire, il n'y a qu'une expression : la bonne santé !


Je pourrai en écrire des pages sur ce sujet, mais ce ne serait plus une info du mois !


" C'est la stabilité du milieu intérieur qui est la condition indispensable à la vie libre et indépendante"
Claude Bernard

Conseils :
Les oligo-éléments et vitamines permettant une bonne gestion du "stress" (en plus de la bromatologie, de la biokinésie, de l'hydratation, de l'apport d'HV, de la pneumologie, de la psychologie).


  • Vitamine C de haute qualité
  • Vitamines complexes (B1 B2 B3 B5 B6 B8 B9 B12 Choline A Bambou Prêle) de haute qualité
  • Vitamine E (avec les 4 formes de tocophérols et 4 Tocotriénols) de haute qualité
  • Plasma marin de haute qualité

Concernant ces conseils, me contacter directement.
 
 
 
 
  • Extranet